Epaule – Coude

L’épaule est une articulation extrêmement mobile capable de réaliser des mouvements de grande envergure malgré la stabilité médiocre des structures qui la composent. Ce sont en effet de nombreux petits muscles et leurs tendons qui assurent l’essentiel de la stabilité de l’articulation et qui sont soumis à des frictions répétées pouvant être source d’inflammation et de ruptures.
La chirurgie réparatrice des tendons, dits de la coiffe des rotateurs, s’est considérablement développée au cours des dernières années et nécessite des immobilisations de quelques semaines, plaçant le tendon réparé en position relâchée.
Les fractures et luxations de l’épaule sont les conséquences les plus fréquentes des traumatismes directs ou indirects (chute sur la main) et requièrent des immobilisations plus ou moins strictes selon la nature des dégâts anatomiques engendrés.

Le saviez-vous ?

• Près de la moitié des consultations pour une douleur de l’épaule concerne une atteinte de la coiffe des rotateurs.
• La luxation de l’épaule est la plus fréquente de toutes les luxations. La récidive est d’autant plus fréquente que le patient est jeune (90% de récidive lorsque la luxation se produit avant 20 ans !).
• Les joueurs de tennis ne représentent que 5 à 10% des personnes souffrant d’une épicondylite (tennis elbow) qui est beaucoup plus souvent corrélée à une activité professionnelle

Il existe plusieurs types d’attelles pour accompagner le patient de façon optimale dans son processus de guérison :

• Les écharpes : réduisent la mobilité de l’épaule et suppriment le poids du membre supérieur. Elles peuvent être proposées pour l’effet antalgique, les immobilisations non strictes pré ou postopératoires ou la prévention de certaines complications (sub-luxation de l’épaule hémiplégique)

• Les immobilisations type « Dujarier » : immobilisation coude au corps évitant les mouvements d’abduction et de rotation. C’est l’immobilisation classique après luxation ou fracture de la tête de l’humérus ainsi qu’après chirurgie des épaules instables (interventions de Bankart ou de Latarjet)

• Les immobilisations de détente tendineuse : présence d’un coussin d’épaisseur variable plaçant l’épaule en abduction ou en rotation externe. La position place de façon sélective le tendon réparé en position de détente, favorable à sa cicatrisation.

• Les anneaux claviculaires dits de « Delbet » : maintiennent les épaules en position anatomique en évitant l’antépulsion du moignon de l’épaule qui peut être responsable d’une augmentation du déplacement de la fracture claviculaire.

• Les orthèses d’immobilisation du coude : évitent toute mobilité du coude ainsi que celle du poignet lorsque cela est nécessaire. Ces orthèses autorisent également la protection sélective des structures endommagées en limitant la mobilité du coude à un secteur angulaire préréglé.

• Les contentions souples péri-tendineuses : constituent le traitement de choix des épicondylites et épitrochléïtes. Elles réduisent les vibrations et les tensions au niveau des tendons et de leur insertion osseuse sur le coude et produisent un effet antalgique significatif.